Appelez nous: 02 35 06 17 34 - Email arcaade@arcaade.fr
-

BIM – Maquette numérique

 Le BIM pour building information modelling ou maquette numérique.

La maquette numérique est un véritable sujet transversal dans nos différentes activités.

La construction est représentée et pensée en 3 dimensions.

La maquette numérique est un objet virtuel unique sur lequel interviennent tous les participants du projet: tous les intervenants enrichissent le même fichier, initié par l’architecte, de leurs données spécifiques.

L’objectif de la maquette numérique est d’apporter au maître d’ouvrage une véritable base de données d’informations utiles pour l’usage et l’exploitation du bâtiment.

Les différentes étapes du processus BIM : 

Au préalable : définition des attentes du maître d’ouvrage sur le contenu de cette représentation virtuelle de son ouvrage. Nous assistons le maître d’ouvrage dans sa démarche et ses attentes BIM.

définition du contenu de la maquette numérique
La maquette numérique est une méthode de travail.

BIM model : le fichier en 3D

BIM modelling : la méthode collaborative de conception.(modèle fédéré / modèle intégré, niveaux de développement, charte collaborative)

Représentation du modèle tel que construit : participation de l’entreprise ou de la maîtrise d’œuvre pour mettre à jour la maquette suivant la réalisation.
Livrable au maître d’ouvrage : un fichier exploitable pour la maintenance et la gestion de son patrimoine.

Avantage immédiat : un gain de précision dans la conception ( intégration des contraintes techniques en 3D et une efficacité accrue au niveau de la synthèse).

La maquette numérique : une nouvelle méthode de travail

Avant la maquette numérique, chacun travaillait sur son plan et dessinait ou renseignait les éléments le concernant. Ensuite, ces données étaient analysées, consolidées et décortiquées en 2D pour en faire une synthèse et identifier les zones de conflit.

Avec la maquette numérique, cette étape est optimisée, puisque les zones de conflits sont identifiées en temps réel, à mesure que les intervenants renseignent leurs éléments dans la maquette.

L’utilisation de la maquette 3D se révèle idéale pour fiabiliser la conception et vérifier, dans le cadre de la synthèse, que les nombreux réseaux sont compatibles et que les infrastructures de cheminement n’entrent pas en conflit entre elles (électricité, ventilation, désenfumage, chauffage, sanitaire, fluides divers, etc…).

Autre avantage, le modèle 3D se monte par assemblage d’objets numériques qui représentent les éléments constitutifs du bâtiment et peuvent ainsi facilement être quantifiés. Ces informations réunies dans un fichier se révèlent ensuite un outil précieux pour la gestion de l’immeuble par l’exploitant, qui pourra par exemple en extraire le nombre exact de luminaires par étage ou par zone. Il en est de même pour chaque objet identifié dans la maquette.

 

La maquette numérique et la loi MOP :

Grâce aux niveaux de définition établis préalablement dans la phase BIM Programmation, les attentes et les précisions de la maquette numérique sont définis pour chaque niveau de l’étude, de l’Esquisse au DCE.

Le BIM, beaucoup en parlent, nous, nous le vivons !

En 2013, nous avons pris possession de la technologie 3D dans l’établissement de nos dossiers d’études (établissement des descriptifs et des quantitatifs).

La première étape de l’apprentissage de la 3D a consisté, sur la base des plans informatisés de l’architecte ( en 2D sur format dxf ou dwg), à reconstituer le projet en 3D. Cette méthode est réalisée avec une  approche spécifique liée à la technique de construction et à l’élaboration des CCTP et quantitatifs.

(décomposition des ouvrages par nature, dimensions, caractéristiques etc)

La seconde étape, depuis 2015, consiste à travailler directement sur les fichiers interopérables (.IFC). Nous récupérons les informations dimensionnelles de la maîtrise d’œuvre avec ou sans ressaisie partielle.

Nos outils nous permettent alors de recalculer l’ensemble des quantités d’ouvrages correspondant à la méthode de décomposition des ouvrages et au code de « mesurement » pour établir nos descriptifs et quantitatifs.

Le BIM, on en parle !

La revue Qualité et construction dans son numéro 155   de mars-avril  2016   publie nos projets étudiés en 3D

 

 

Nos atouts :
Maîtrise de la pratique 3D sur différents projets ( logements, tertiaire, industrie ou médico-social)
Vérification et import direct depuis l’IFC de l’architecte
Maîtrise du processus BIM de par nos actions transversales (Programmation, Conception et AMO)

 

Présentation du logiciel WinQUANT Q4 et de son interface

Voir la vidéo

Nos partenaires formation BIM

logo unteccstb

 

attic-fond-blanc

Retour en haut
Enter your Infotext or Widgets here...